Trouver des solutions à la crise qui secoue les différents secteurs de l’économie. C’est la demande formulée par la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal (Cnts). Le Secrétaire général de la Cnts, qui apporte ainsi son soutien aux travailleurs, informe que la centrale «reste à disposition pour construire un large front afin de pousser le gouvernement à une prise en charge urgente et rapide des préoccupations des populations et des travailleurs».

La situation sociale difficile, marquée par une crise dans différents secteurs du pays, a fait réagir le Secrétaire général de la Cnts. Face à la presse hier, Mody Guiro a interpellé l’Etat pour trouver des solutions à la situation sociale des populations. La Cnts, par la voix de son Secrétaire général qui dit être solidaire à tous les travailleurs dans les différents secteurs, n’exclut pas de mettre en place «un large front afin de pousser le gouvernement à une prise en charge urgente et rapide des préoccupations des populations et des travailleurs».

Et M. Guiro d’avertir : «Nous sommes dans une situation extrêmement difficile, nous interpellons le gouvernement et son chef, et au plus haut niveau également, le président de la République, pour que des solutions soient trouvées aux préoccupations du monde du travail. Si cela n’est pas fait, nous prendrons nos responsabilités, le front peut être très large, nous sommes dans une coalition des centrales syndicales les plus représentatives, nous pouvons ouvrir ce front à d’autres secteurs parce que nous avons des travailleurs qui ne sont pas dans les centrales mais des organisations syndicales autonomes. Front ou pas, si l’Etat ne réagit pas, la Cnts prendra ses responsabilités.» Sans donner plus de détails.

Lors de sa conférence de presse, le Secrétaire général de la Cnts a listé les difficultés auxquelles font face les travailleurs. Il déclare, après avoir peint un tableau noir de la situation du pays : «De la santé à l’éducation, en passant par l’agriculture, l’élevage, le transport, les industries hôtelières, la pêche, les industries alimentaires, l’économie informelle, aucun secteur n’est aujourd’hui épargné par la crise.» Le syndicaliste appelle le «gouvernement à résoudre aussi les problèmes d’équité et de justice sociale dans les secteurs laissés en rade par les dernières augmentations de salaires des agents de l’Etat, en prenant en compte certains départements ministériels et l’Administration centrale, la fonction publique locale mais aussi le secteur parapublic».

La Cnts demande également «au gouvernement d’ouvrir des consultations dans les meilleurs délais afin de trouver des solutions dans le secteur de la santé et le règlement des cas des décisionnaires».

Par ailleurs, M. Guiro a dénoncé «la remise en cause des barèmes des salaires des travailleurs nationaux sur les plateformes pétrolières offshore et onshore et de­mande leur alignement aux taux des travailleurs étrangers». Il est également déploré «les tentatives de licenciement des délégués du personnel dans plusieurs secteurs».

Lors de son face-à-face avec la presse, le Secrétaire général de la Cnts a fait remarquer que «les populations vivent un calvaire sans précédent avec la dégradation continue du pouvoir d’achat, conséquence de la hausse incontrôlée des prix des denrées de première nécessité et des produits de consommation courante». Tout en saluant les concertations initiées par le gouvernement pour aborder la lancinante question de la vie chère, Mody Guiro a fustigé «vigoureusement la non-implication des centrales de travailleurs».

Invitant le gouvernement à tirer des leçons de la pandémie du Covid-19 pour protéger l’économie sénégalaise, l’organisation syndicale estime que «l’Etat doit rapidement réaliser l’autosuffisance alimentaire, le plein emploi des jeunes, l’extension de la protection sociale aux couches vulnérables, la baisse du loyer, le contrôle de l’effectivité de la baisse des prix des denrées et des produits de consommation courante».

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *