3e MANDANT DE MACKY SALL: Thierno Lô descend en flammes Mimi et Cie

 3e MANDANT DE MACKY SALL:  Thierno Lô descend en flammes Mimi et Cie

Les alliés du président de la République semblent bien décider à valider le 3e mandat à tous prix et avant la décision du Conseil constitutionnel. C’est du moins la posture de l’ancien ministre Thierno Lô, invité hier à l’émission «Jury du dimanche» sur Iradio, qui n’a pas hésité à tirer à boulets rouges sur Mimi Touré et tous les détracteurs de Macky Sall.

«Madame Aminata Touré a abordé la question du 3e mandat. Elle a été Garde des Sceaux, Premier ministre. Il faut qu’elle accepte que seul le Conseil constitutionnel a le droit de validation», a défendu Thierno Lô devant le «Jury du dimanche» sur iRadio. D’après lui, «c’est la posture d’homme d’État et personne ne peut se prononcer à la place du Conseil constitutionnel». Sans mettre de gants, le PCA de la Sen-Ter d’indiquer «parce qu’ils peuvent baver à longueur de journée, embarquer les constitutionnels, seul le Conseil constitutionnel va décider, elle peut être contre mais elle ne peut pas décider».

Thierno Lô de poursuivre: «Ma conviction profonde est que si le président Macky Sall déposait une candidature au Conseil constitutionnel, si la candidature est validée, madame Aminata Touré va être d’accord, si elle est invalidée, elle sera d’accord. Elle ne pourra pas aller à l’encontre». Suffisant pour laisser entendre qu’il ne doit pas y avoir de débat.

Toutefois, le président de l’Alliance pour la paix et le développement (Apd) compte jouer les bons offices pour la ramener au bercail. Même s’il juge sa proposition de loi «discriminatoire»: «Elle n’a pas le droit de proposer une loi comme ça. Parce qu’on peut être président de la République et avoir des frères qui ont travaillé et qui sont des Sénégalais comme tout le monde. Vous êtes dans une famille, vous avez quatre ou cinq frères qui ont fait de hautes études, vous, vous avez fait de la politique. Eux, ils sont allés faire de la production. Ils sont venus et ils ont le droit de servir leur pays. Parce que vous êtes président de la République, on va leur dire ‘’vous n’allez pas travailler pour votre pays’’. Cette loi peut être attaquée au niveau du Conseil constitutionnel», martèle Thierno Lô.

 

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *