APRÉS LA RÉVOCATION DE SON CONTRÔLE JUDICIAIRE : Pape Alé retourne en prison, ses avocats demandent le bracelet électronique

 APRÉS LA RÉVOCATION DE SON CONTRÔLE JUDICIAIRE : Pape Alé retourne en prison, ses avocats demandent le bracelet électronique

Le journaliste Pape Alé Niang est encore placé en détention. Ses avocats, estimant que ce n’est pas opportun de l’envoyer en prison, demandent l’application du bracelet électronique pour lui.

Le journaliste Pape Alé Niang est encore dans les liens de la détention. Le juge d’instruction du deuxième cabinet, Mamadou Seck l’a placé sous mandat de dépôt, hier, pour diffusion de fausses nouvelles. On lui reproche ses deux sorties. C’est-à-dire celle faite sur le live de Mollah Morgan et son poste sur sa page Facebook où il avait dit : « quand un directeur général de la police amène tous les membres de sa famille aux Etats Unis pour les mettre à l’abri c’est parce qu’il est conscient que la fin sera tragique ». Le journaliste lui-même a informé le public de son placement sous mandat de dépôt. «J’informe l’opinion nationale et internationale que je fais l’objet d’un acharnement et d’une persécution abominables et abjects de la part du régime de Macky Sall. Ils ont décidé de me faire taire à tout prix en exerçant une violence inouïe sur mois jamais vue dans un régime démocratique qui respecte les droits de l’homme », a écrit le journaliste inculpé.

Il reprend la grève de la faim
Il ajoute : « face à cela, je me nourris d’une détermination qui me permet d’endurer la souffrance. Je n’implore pas de soutien. Tout soutien doit être sincère et chevillé au respect de la démocratie, des droits de l’homme et des principes qui régissent l’exercice de mon métier de journaliste. En attendant, ils n’ont qu’à creuser une tombe dans ma cellule pour m’ensevelir. Car, j’ai décidé de me battre jusqu’au bout. J’observe une grève de la faim pour dénoncer ma détention arbitraire et injuste. Je confie ma famille, mes enfants au bon Dieu ».   Faisant partie du pool d’avocats constitué pour assurer la défense du directeur de publication de DAKAR Matin, Me Khoureychi Ba parle « d’un excès de droit manifeste, d’un abus de droit et d’une voie de fait ». Selon lui, le procureur ne peut pas interférer dans le déroulement de l’instruction.  « Ça, le juge ne devait pas l’accepter », a soutenu l’avocat de la défense qui, toutefois, a signalé que l’instruction s’est déroulée dans une ambiance bon enfant. « Il ne faut pas dramatiser la situation parce que Pape Alé Niang garde l’intégralité de ses droits et il bénéficie de la présomption d’innocence. Et à tout stade de la procédure, il peut demander la mise en liberté provisoire », a expliqué la robe noire. Avant d’ajouter : « Les Sénégalais ont consenti un lourd sacrifice maintenant nous disposons du bracelet électronique, c’est le moment de l’appliquer avec Pape Alé Niang d’autant plus que sa santé est fragile. On sait qu’il a vécu des moments très durs avec cette grève de la faim qu’il a observée. Ce n’est vraiment pas opportun de le placer en détention »

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *