BAMBOULA DES «FONDS COVID 19» Diouf Sarr se dédouane et défend les fournisseurs

 BAMBOULA DES «FONDS COVID 19»  Diouf Sarr se dédouane et défend les fournisseurs

 

L’ex ministre de la santé et de l’action social est sorti de sa réserve pour donner sa version des faits relatifs au Rapport de la Cour des comptes qui a mis à nu un «véritable carnage  financier» avec les «Fonds covid 19». Accroché par la Rfm, Abdoulaye Diouf Sarr s’est dédouané en évoquant ses 24 ans de service sans «tâche» en tant que gestionnaire de deniers publics. Aussi, a –t-il tenté de défendre les fournisseurs.

 

«Je vous dis, depuis 24 ans, je gère des deniers publics en tant que directeur financier de la SNHLM. J’ai presque plus de 55 ans, je n’ai jamais été effectivement dans une gestion où j’ai eu des problèmes de fonds. Mais je comprends», a d’emblée précisé Abdoulaye Diouf Sarr sur Rfm, hier. Epinglé par le rapport de la Cour des Comptes, l’ancien ministre de la Santé et de l’Action sociale se dit blanc comme neige. Selon lui, le carnage financier mis en exergue par ladite Cour ne saurait lui être imputé. «Des recommandations de formes, de procédures ou de pièces manquantes dans les dossiers, il y en aura toujours. Donc, aujourd’hui, dire que, il y a des personnes qui ont été motivées et d’autres qui ne l’étaient pas, c’est au document de dire qui sont les membres du comité national de gestion des épidémies. Au-delà, il y a eu une mobilisation nationale extrêmement importante», explique-t-il.

Dans le même ordre d’idées, le nouveau député vice-président de l’Assemblée nationale n’a pas manqué défendre les fournisseurs. «Par rapport à la concentration des marchés entre les mains de mêmes fournisseurs, il faut aller regarder fondamentalement les ordres de services de cette personne pour savoir si, dans le passé, elle a eu à fournir dans le secteur», dira-t-il. Avant de laisser entendre que l’essentiel c’est que les commandes soient livrées et le reste est sans importance: «Le plus important dans un contexte comme ça, c’est de voir si la personne a correctement exécuté son marché. Cela a été le cas. Est-ce que la personne a donné suffisamment d’éléments de qualité ? Ça a été le cas. Est-ce que la personne a fourni dans les délais ? Ça a aussi été le cas. Dire maintenant que, voilà, le montant a été donné à une même personne, c’est oublier qu’il y a eu beaucoup d’autres dossiers qui ont fait l’objet de marché».

 

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *