CELEBRATION DES 16 JOURS D’ACTIVISME : Kaolack enregistre 1009 cas de violences entre 2019 et 2022

 CELEBRATION DES 16 JOURS D’ACTIVISME : Kaolack enregistre 1009 cas de violences entre 2019 et 2022

Ce 07 décembre, la région de Kaolack s’est refusée d’être damée le point dans la célébration des 16 jours d’activisme. Ainsi, une caravane de sensibilisation a été organisée par l’Aprofes en partenariat avec l’Ong Carrefour Internationale sur les violences faites aux femmes et aux filles. Cependant 1009 cas de violences ont été enregistrés dans la région de 2019 à 2022. L’annonce a été faite par le point d’écoute et d’assistance aux femmes et aux filles victimes de violences de l’Aprofes.

Kaolack- Les défenseuses des droits des femmes en collaboration avec les groupements partenaires de la région de Kaolack ont célébré les 16 jours d’activisme à travers une caravane dans le but de sensibiliser les populations sur les questions liée aux violences faites aux femmes et aux filles au Sénégal. Cette caravane qui a pris départ au siège de l’Aprofes en passant par la route du cinéma ABC de Kasnack et de la route de la pharmacie Mbossé jusqu’au point de chute à la préfecture du département a été l’occasion pour les engagées de la promotion féminine de revenir sur les cas des violences physiques enregistrées dans la région. En effet, pendant la pandémie à coronavirus plus précisément de 2019 à 2022, il a été enregistré mille neuf  (1009) cas de violences rien qu’au niveau du point d’écoute et d’assistance aux femmes et filles victimes de violences de l’Aprofes.

De plus, au niveau de Kaolack, certaines violences se soldent par des meurtres dont celle de la jeune lycéenne Katy Guèye, le 17 octobre 2008 à Ngane Alassane dans la banlieue Nord-Est de la commune de Kaolack, qui a mis sur les feux de la rampe odieuse ce type de violence, se souvient encore madame Ndèye Diagne. Et la dernière victime de ces violences est celle de la jeune fille de 17 ans, F-D demeurant à Kasnack, élève à l’école de couture du quartier Passeoir qui a été séquestrée, violée, tuée et jetée vers la brousse de la commune de Dya et finalement retrouvée le 17 octobre 2022 dernier.

Cependant ces violences parfois macabres et funestes touchent des femmes de tout âge. Devant donc cette propension funeste de violence qui s’exerce sur les femmes et les filles de toutes les âges et catégories sociales, les femmes Leaders de Kaolack, l’Aprofes appuyée par l’Ong Carrefour Internationale condamnent avec la dernière énergie ces violences faites aux femmes et aux filles et exigent des sanctions exemplaires et fortement dissuasive. Toutefois, ces dernières invitent les pouvoirs publics à agir pendant qu’il est encore temps et à punir sévèrement les coupables entre autres sanctions annoncées.

NDEYE DIOUF

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *