DETOURNEMENT, CORRUPTION ET POTS DE VIN… : Farba Ngom mouille Mimi Touré et assume tout

 DETOURNEMENT, CORRUPTION ET POTS DE VIN…  : Farba Ngom mouille Mimi Touré et assume tout

Corruption, pots de vin et détournement sont devenus presque monnaie courante sous le régime du président Macky Sall. A peine a-t-on fini de parler du scandale du Rapport de la Cour des comptes qui a mis à nu la bamboula opérée sur les «Fonds covid 19» par les les services publics, que le député Farba Ngom avoue publiquement avoir agi dans la parfaite illégalité avec sa collègue Aminata Touré, alors Première ministre.

 

Ça a volé tout bas, hier, à l’Assemblée nationale lors du vote de la motion de censure déposée par l’opposition contre le gouvernement du Premier ministre, Amadou Ba. L’épisode des dérives des députés nous a conduit à assister à un déballage du parlementaire Farba Ngom qui a, ouvertement et publiquement, accusé l’ex tête de liste de Benno bokk yakaar (Bby) lors des dernières élections législatives, Aminata Touré Mimi, d’avoir encaissé des pots de vins lorsqu’elle dirigeait le gouvernement.

«J’ai entendu une dame prendre la parole. Elle se reconnaitra pour avoir été la tête de liste de notre coalition Benno bokk yakaar (Bby) lors des dernières élections législatives. Je m’adresse à elle, moi Farba Ngom qui connait tous les secrets de cette République. Après sa déclaration de politique générale en tant que Première ministre, un jeudi soir après le Conseil des ministres, je suis passé la voir chez elle», déballe Farba Ngom. Poursuivant, le député griot du président de la République d’aller plus loin: «Et elle se rappelle, certainement, comment et le pourquoi de ma visite. Aujourd’hui, elle ne peut pas se lever pour prétendre être blanche comme neige. J’étais l’intermédiaire par lequel passaient ces largesses à lui transmettre. C’est cela être honnête ? Elle sait de quoi je parle. Tout passait par moi».

Des aveux que le maire d’Agname dit assumer en toute responsabilité et prêt à répondre même devant la justice si Aminata Touré, devenue députée non inscrite après sa démission de la majorité, le souhaite. «J’assume mes responsabilités. Je répondrais de mes propos où elle le souhaitera. C’est trop tard de prétendre être ce qu’on est loin d’être. Et c’est bon que tout le monde le sache aujourd’hui. Parce que c’est tout simplement malhonnête de vilipender les gens après avoir été éjectée de la position qu’on était», a encore déclaré Farba Ngom.

 

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *