RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES: L’opposition interpelle les partenaires techniques et financiers du Sénégal

 RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES:  L’opposition interpelle les partenaires techniques et financiers du Sénégal

Les leaders de l’opposition réunis autour de la coalition Yewi Askan Wi ont fait face à la presse, hier, pour se prononcer sur le rapport de la Cour des comptes relatif à la gestion des Fonds force Covid-19. Ousmane Sonko et ses camarades ont, à cet effet, demandé aux partenaires techniques et financiers du Sénégal qui ont contribué aux fonds de se prononcer sur le « scandale ».

 

Pour l’opposition, l’heure de vilipender le Gouvernement du Sénégal au plan international, auprès des partenaires techniques et financiers est vue. « Les partenaires techniques et financiers ont participé pour plus de 600 milliards de francs CFA soit 84,5% au budget de force Covid-19. L’Etat du Sénégal, principal concerné, y a participé pour 102 milliards de francs Cfa, soit 13%. Le rapport révèle les scandales. Le ministre, à qui vous confiez l’argent que vous nous donnez, reconnaît que l’Etat du Sénégal a fait un manquement d’au moins de 6 milliards de francs CFA », a déclaré Habib Sy qui demande aux partenaires de se prononcer sur le sujet. Car, dit-il : « Vous n’avez pas le droit de vous taire. Vous devez réagir. Il y va de l’intérêt des populations du Sénégal que vous avez décidé d’aider depuis longtemps. Nous avons bon espoir que vous allez user des mécanismes qui sont à votre disposition dans vos différentes institutions pour répondre à cette interpellation qui n’est pas tout simplement celle de la coalition Yaw mais de celle de tout un peuple ».

Abondant dans le même sens, Ousmane Sonko, leader de Pastef et par ailleurs maire de la ville de Ziguinchor dira : « le Président de la République est le garant de la gabegie, de la mal-gouvernance, du détournement de deniers public dans les moments de crises sanitaires. Il est le promoteur et le protecteur de pratiques malsaines qui ont permis à certains de collaborateurs de détourner des milliards de francs CFA auxquels les partenaires financiers ont contribué ».

Pour sa part, Khalifa Sall a rappelé que le Chef de l’Etat est en fin de mandat et qu’il doit tout faire pour la terminer en paix. Selon lui, 2023 sera une année de détermination. « Ce sera une année de combat pour Yewwi Askan Wi. Nous allons nous battre parce que nous n’accepterons pas un troisième mandat de Macky Sall », a fait savoir Khalifa Sall. Les leaders de Yaw ont profité de l’occasion pour répondre à ceux qui disent que le concert de casseroles prévu le 31 décembre désacralise la République. A les en croire, rien ni personne ne peut les empêcher de tenir ce concert de casserole. « Le 31 décembre n’est consacré par aucune constitution, aucune loi. Ce n’est rien d’autre qu’une tradition qui a été initiée par le général De Gaulle en 1960 et qu’on est en train de faire une pratique. Depuis l’avènement de Macky Sall, il n’y a plus de république au Sénégal. Que ceux qui croient que le 31 décembre est un jour sacré ce détrompent. Ce message à la Nation du Président est une simple copie. Cela ne saurait empêcher que le peuple manifeste sa colère », a expliqué Habib Sy.

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *